Réclame justice avec In the Fade et 3 Billboards : les panneaux de la vengeance

C’est deux dernières semaines, j’ai vu les films In the Fade et Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance au cinéma. L’un est un thriller et l’autre un film dramatique. En voulant faire un article pour chaque film, je me rends compte que les deux films abordent la même morale : celui du poids de la vengeance.

Après des mois sans être partie au cinéma, c’est deux dernières semaines, j’ai vu les films In the Fade et Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance au cinéma. L’un est un thriller et l’autre un film dramatique. En voulant faire un article pour chaque film, je me rends compte que les deux films abordent la même morale : celui du poids de la vengeance. Le thème des deux films étant différent, je vais commencer par en parler séparément.

in-the-fade-film-cinemethographie In the fade film polizei

Critique du film In the fade

In the fade est un film du réalisateur Fatih Akin (qui a aimé mon post Instagram^^) sortie le 17 janvier en France.  Le film In the Fade aborde le thème du terrorisme néo-nazie en Allemagne. J’ai donc appris l’existence de ce type de terrorisme dans le film. On assiste à 3 phases dans le film :

  • la vie avant le drame
  • le drame
  • le poids de la justice puis la vie après la sentence.

Autant dire qu’il y a beaucoup de larmes dans le film que j’ai trouvé qui s’apparente plus à un film dramatique qu’un thriller comme indiqué. Je m’attendais à plus de recherche,plus de profondeur. Mais au final, je trouve que l’objectif du film est de montrer comment le terrorisme détruit des vies et comment ce type d’affaire est traité. Donc le pari est réussi. Suivre le procès dans le film m’a permis de comprendre les enjeux de la justice, là où le poids du doute peut tout faire basculer. Je lis autrement les faits divers du moment (Alexia/Jonathan Daval, Affaire Maelys, Affaire Théo…) et je comprends mieux comment Annalise Keating (personnage fictif de la série HTGAWM) arrive à retourner des procès.

3-billboards-film-movie

Critique du film 3 Billboards : Les panneaux de la vengeance

3 Billboards : Les Panneaux de la vengeance est un thriller de Martin McDonagh  sortie le 17 janvier en France. C’est un film que je voulais voir depuis un moment et je dois dire que j’ai été complétement imprégnée par l’histoire. Il s’agit d’une femme qui louent des panneaux publicitaires pour que la police de sa ville se bouge pour rechercher sa fille disparue depuis 7 mois. On voit comment ces 3 panneaux changent les gens. Certains diront qu’ils hâtissent la haine et d’autres penseront qu’ils font bouger les choses. Bref la ville se bouge en mal et bien. Certains personnages changent. Autrement dit c’est un film avec du mouvement où on comprend qu’il ne faut pas s’arrêter à ce que renvoient les gens. J’ai été juste déçue que la fin soit ouverte et laisse court à l’imagination. Mais au-delà de ça, j’ai vraiment accrochée.

« You know, if you hadn’t stopped coming to church, you’d have a little more understanding of people’s feelings. »

Pour conclure

Ces deux films se posent les questions suivantes : Est-il nécessaire de se venger pour se sentir mieux ? Est ce que la vengeance va me rendre ce dont j’ai perdu ? 

Avant le « Paris sous la neige » j’avais pris un bon rythme pour aller au cinéma surtout que que plusieurs films m’intéressent en ce moment. D’ailleurs je trouve que les séances de 18h et quelques sont parfaites quand on fini assez tôt pour y aller car ensuite on a le temps de faire sa vie en rentrant. Mes prochains films : La Douleur, Wonder Whell (juste pour voir le jeu d’acteur de Justin Timberlake) et Black Panther (of course!). Pentagon Paper déjà vu mais je ne suis pas sûr d’en faire une revue.

Et vous, quels films avez vous envie de voir ?

L’embrasement des noirs de France

Si on devait résumer la semaine, on dira que la société française a voulu testé le calme des personnes noirs qui vivent en France. On aura beau dire qu’on croit à la justice, l’actualité de la semaine nous montrera…

Si on devait résumer la semaine, on dira que la société française a voulu testé le calme des personnes noirs qui vivent en France. On aura beau dire qu’on croit à la justice, l’actualité de la semaine nous montrera au fur à mesure qu’on a tord de lui faire confiance. Puis on finira par se demander que devienne la liberté justice et fraternité que prône cette douce France ? Vous trouverez donc ci-dessous l’actualité des 7 derniers jours (semaine 06).

Dimanche : L’Egypte dans la sauce

FBL-AFR-2017-MATCH32-EGY-CMR

Tout avait pourtant bien commencé pour la semaine , le Cameroun a remporté la finale de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) 2017 contre l’Egypte. Les lions indomptables ont mis les pharaons dans la sauce et ne me dites pas dans le ndolé pour être marrant car là on fait le rapprochement avec les paroles de la chanson de Reniss – La Sauce. Paul Biya (président camerounais) ajoutera « vous leur avez mis ça cadeau » pour faire écho aux paroles de la chanson « Si ta nga te barre le way » que les « lions » chantaient avant de commencer le match. Et pour écouter le « comédien » Paul Biya qui nous aura mis des rimes partout c’est par ici. On n’oublie pas non plus les joueurs qui ont repris le Bidoung Challenge et qui ont bien fait rire Chantou (Chantal Biya, première dame).

Lundi : Justice pour Théo

président françois hollande et théo à l'hopital

Sous cet ère de fête une autre histoire bien sombre émerge dans la twittosphère depuis samedi, un mec d’aulnay se serait fait violer mais personne n’en parlerait à la TV. C’est lundi au JT qu’on a fini par en parler et découvrir cette sombre histoire. Théo, un éducateur vivant à Aulnay se serait fait tabasser lors d’un contrôle de police, pire encore il a selon l’hôpital une lésion de 10 cm dans l’anus et il ne pourra pas reprendre le travail après 60 jours de remise « en fonction ». La lésion aurait été faite par l’introduction « involontaire » (jugera la justice dans la semaine) d’une matraque dans son anus. « Involontaire » comme dira l’avocat de Théo et après ça « un mec qui entrera son doigt dans la vagin d’une femme » pourra dire que c’était involontaire et on qualifiera son viol en un geste de violence « involontaire » ! Mais où va t-on ?

J’ai lu également une émergence d’article sur le quota de femmes ne portant pas plainte après un viol. Si c’est pour dire que c’est de leur faute (vêtement) ou qualifier le geste de leur agresseur comme « involontaire » à quoi bon souffrir de nouveaux en racontant son histoire qu’il faudra justifié auprès des policiers qui eux même font la même chose. On ne cherche pas à connaitre la volonté de commettre l’acte de viol, on ne cherche pas à savoir s’il y a un caractère sexuel ni qu’est ce qui est entré, qui est la victime (femme ou homme, origine etc). Le fait est avéré et on veut que justice soit faite. Et ceux qui me débecte c’est les personnes qui comparent le viol d’une femme à celui d’un homme. Il n’y a pas de comparaison à faire. Un viol est un viol. #JusticepourThéo . On n’oublie pas la famille Traoré avec Adama victime de violence policière alors qu’il n’était lui aussi pas armé.

Jeudi : Bamboula est un mot convenable

bamboula-ca-reste-a-peu-pres-convenable-luc-poignant-derape-dans-c-dans-l-air

Le 9 février l’émission de télévision « C’est dans l’air » fait un focus sur le thème « la police hors-la-loi ? » et l’invité Luc Poignant, policier (au syndicat) nous dit que « bamboula est un mot encore convenable » à dire aux personnes qu’ils interpellent et insultent leur profession. Il ne se reprendra même pas quand la journaliste le reprendra sur le fait que ce n’est pas un mot convenable. Voilà dans quel pays on vit ! JE WANDA ! Le racisme est devenu ouvert à tous. Vivre en sachant que les gens sont racistes est une chose, entendre des mots racistes ouvertement en est une autre.

Jeudi : Le bal nègre a changé de nom

Une personne a trouvé normal d’appeler son cabaret le « le bal nègre » en 2017, soit disant que le mot nègre n’était pas raciste à l’époque des cabarets dit « nègre ». Le Mwasi collectif s’était réuni samedi 4 février devant le bar et on peut remercier les manifestants qui ont fait comprendre à Guillaume Cornut que selon ses dires « je ferais plus de mal on continuant d’appeler le cabaret « le bal nègre ». Pour reprendre le tweet du Mwasi collectif « Voici à quoi ça sert de manifester »=>Le bal nègre a changé de nom.

Vendredi : « Etre artiste est un privilège qui vient avec des responsabilités. » Victoires de la musique

imani-justice-musique

Imani demande que justice soit faite lors de son show au Victoire de la Musique : « On se doit d’être les voix de ceux et celles qui n’en ont pas, a-t-elle lancé. On se doit de ne pas prendre la démocratie pour acquise, on se doit de demander des comptes à nos élites, on se doit de demander des comptes à la police, on se doit de demander la justice, on se doit de demander la justice pour Théo, la justice pour Adama, la justice pour tous ceux dont on ne parlera pas, la justice pour vous et moi. »

On finit avec une note plus légère. MHD n’a pas remporté de victoire de la musique pour le son A Kele Nta mais il a porté fièrement son bazin.