Dis moi, dix mots

Lors de mon premier atelier d’écriture, j’ai constitué un texte écrit au fil de l’eau avec pour contrainte d’ajouter à son texte un mot chaque deux minutes. Au final, j’ai donc dû inclure les dix mots suivants : Clic, pérenne, ailleurs, vision, compatible, capteurs, transformé, clair de terre, désir et genôme. Le thème était « Demain » et cette exercice existe sous forme de concours appelé « Dis moi, dix mots« . J’ai bien aimé cette exercice car on a vraiment pas le temps de réfléchir, on laisse juste les mots venir à nous et on voit en temps réel une histoire se construire en l’espace d’une vingtaine de minutes. On insére des mots comme s’il avait déjà leur place dans l’histoire.

Voici mon texte

femme triste devant son ordinateur

Elise doit écrire sur ce que sera le monde demain. Comment imaginer l’avenir ? Clic ! Sur la souris et voici que les mots se posent sur l’écran : « Demain sera sans lui, demain sera sans toi. La vie est faite ainsi, c’est fini entre toi et moi. L’avenir c’est vivre un bonheur certain et une stabilité pérenne. Mais demain c’est loin… »
Ailleurs, Eric fait aussi le bilan de la situation. 35 ans sans enfant et un monde qui s’écorche. Je me souviens quand on avait 15 ans, tout semblait si simple et si complexe à la fois. Où aller ? Ma vision semble outragée. Tout devient flou à l’idée d’avancée. Est ce que je l’aime ? Est ce que je veux me marier ? Tout s’éffrite comme un bout de papier. Sommes nous compatible ? Qu’est ce qui nous définit ? Qu’est ce qui nous rassemble ? Je ne sais pas mais je n’envisage pas demain sans toi. La technologie avance mais je n »ai toujours pas attiré les capteurs de ton coeur. Tu me manques, je vois l’horizon à l’envers mais je vais j’irai mieux. La douleur m’a transformé en un homme que je ne reconnais pas. Pourquoi la vie fait mal ainsi ? Qu’ai-je donc fait ?

Homme noir recrocquevillé dans ses pensées sur la plage

Tu m’as emprisonné dans ton monde rêvé. J’ai vu la douceur de tes pleurs. Mais le monde s’est inversé, je te vois comme un clair de terre. Tes mains posés sur mon corps ne me font plus éprouver autant de désir. Il est temps d’en finir… Tu es ce genôme rare qui bouffe mon coeur.

Écrit « sous contrainte » du 19 juillet 2018

__________________________________ Plus tard je découvrais que le nom « Elise » était tiré du livre que je lis en ce moment. Puis que j’avais anticipé ses sentiments. Je pensais avoir écrit un texte pessimiste mais le retour de mes camarades d’écriture fut que non au contraire la femme sait ce qu’elle veut. Pour être honnête, on écrit de manière si rapide qu’il est difficile sur le coup de prendre du recul sur l’histoire qu’on vient de composer. J’ai donc dû le relire chez moi pour mieux l’assimiler. ___________________________________

Et vous ? qu’en pensez vous ?

Quelle est la dernière fois que vous avez dû être confronté à votre imagination ?

Mon premier atelier d’écriture

La semaine dernière, je suis tombée sur l’affiche « Partez à la rencontre de votre talent d’écrivain » en me rendant à la bibliothèque du centre Pompidou.

Je me suis dis « Pourquoi pas ? » C’est comme ça qu’un soir d’été je me rendais à mon premier atelier d’écriture. J’étais contente de ne pas avoir mis à plus tard mon inscription car après avoir validé mon inscription le matin même, l’atelier était noté « complet ». Cependant quand je suis arrivée mon inscription n’avait pas été enregistré « Il ne me reste plus qu’ Adama et …. c’est vous ? ». Je sentis mon visage se crisper à l’idée que la « formatrice » n’avait cité que des noms à consonnance africaine alors que visiblement elle n’avait pas même validée la moitié des inscrits (dont un panel de nom) qui au finalement à mon grand soulagement ne se sont pas présentés. Je n’étais donc pas venu pour rien.

Les rendez vous de l’écriture

L’atelier d’écriture de la BPI est en partenariat avec l’association Mots sur mesure et il est mené par des écrivains publics de l’association. Dans le cadre du concours de la semaine de l’écriture qui aura en Octobre, l’atelier a pour thème « Demain ».  Durant l’atelier, on nous donne la carte postale pour participer au concours. Mais on n’est pas obligé d’y participer.

NB : C’est un atelier de 10 personnes max qui durent 2h.

« Venez bénéficier de l’accompagnement d’un écrivain qui au-delà du patage de ses techniques, vous permettra de libérer votre écriture personnelle. »

Affiche atelier ecriture 2018 de la Bpi centre pompidou

L’atelier

Pour commencer, chaque participant doit faire voeux de bienveillance envers chacun puis nous voilà mis directement dans le bain. Pour les partages des techniques, c’est raté, on a direct enchainer 2 exercices entrecoupé par l’avis des participants sur chaque texte partagé. Les deux exercices étaient basés sur le thème de l’écriture sous contrainte. Bien que je n’étais pas la seule à participer pour la première fois à un atelier d’écriture (on était 4), je crois bien que je devais être la seule à éprouver de la difficulté pour le premier exercice.

  • Le premier exercice d’écriture

Pour ce premier exercice, il fallait écrire 6 phrases commençant par « demain » et il fallait que la premiere lettre du dernier mot se termine par D-E-M-A-I-N pour chaqu’une des phrase.

Visuellement ça donne : 1ère (phrase) Demain… D… – 2e Demain… E… – 3e Demain… M… – 4e Demain… A… – 5e Demain… I… – 6e Demain… N…

« Demain » ne me parlait pas. J’ai eu un véritable blocage et la contrainte des derniers mots rendaient la difficulté plus complexe. A ce qui parait dans l’écriture rien n’est obligé, toutes règles peut être dérogées. Comment déroger un exercice dont les règles étaient établies ? Les autres feront un véritable texte avec 6 lignes, sur des thématiques différence mais qui resteront cohérente. On gardera en tête que la plupart on vu demain d’une manière optismiste et une parlait d’un demain qui ne conditionne rien car demain c’est la minute qui file, c’est l’instant présent.

NB : 2 utiliseront le D comme un dimanche et le N comme une naissance.

  • Le deuxième exercice : Dis-moi, dix mots

Ce deuxième exercice revèle plus de l’imagination que du raisonnement. Pour moi, l’exercice m’a paru plus facile mais ce fût le contraire pour un autre. Comme quoi la difficulté n’émane pas des exercices, mais du fait qu’ils soient en adéquation avec notre raisonnement. Le participant en difficulté à déroger à la règle en ne respectant pas les consignes et on proposant un texte sur un des 10 mots (celui qu’il devait cité), il s’agissait du môt désir. Puis il dira sur un ton agacé « Ce n’est pas une manière d’écrire, un texte ça se construit avec une intro, un développement et une conclusion. »

Bien heureusement l’écrivaine prendra la remarque avec le sourire. J’avais envie d’ajouter que chacun à visiblement son propre fonctionnement car pour moi il était plus simple d’écrire avec mon imagination qu’en cherchant à raisonner (comme pour le premier exercice). L’exercice a duré 20 minutes. Chaque participant avait pioché un des dix mots avant de commencer. Pendant l’exercice toutes les 2-3 minutes, chacun à son tour devait dicter le mot à insérer et donc à ajouter au fil de notre récit. Chacun a donc concocté un texte sur aucune base. Tous les textes comprenaient les 10 même mots mais avec une base et des thèmes complétements différent, sur un ton  poétique pour certains, sur un ton beugle pour d’autres (la poésie bègle je ne connaissais pas et ce fut intéressant de voir cette manière d’écrire).  Si vous êtes curieux, vous pourrez lire mon texte dans un prochain article.

Prenez 10 minutes pour faire le premier exercice.

Avez vous éprouvez des difficultés ? Si vous le souhaitez, vous pouvez partager votre texte en commentaire comme ça je verrais quelles autres possibilités il y aurait pu avoir.