20 ans après, la France est en finale

1998, c’est la date où l’équipe de France de football a gagné la coupe du monde de football pour la dernière fois ! En 1998, j’étais en vacances au Congo avec mon père. On regardait le match France- Brésil à la télévision et …

1998, c’est la date où l’équipe de France de football a gagné la coupe du monde de football pour la dernière fois ! En 1998, j’étais en vacances au Congo avec mon père. On regardait le match France- Brésil à la télévision et mon père et moi on était pour le Brésil. Ronaldo a fait une faute bizarre, on a crié au trucage. Je me rappelle des gens célébrant l’équipe de France et notamment de cette homme courant avec le drapeau français à l’exterieur de la parcelle. Nous on se murait dans le silence de la déception. [Musique : Koffi Omolide – LOI]

Je ne sais pas si c’est parce que mon père ne supportait pas l’équipe de France mais depuis lors, je n’ai jamais supporté l’équipe de France, bien qu’étant française. Je me rappelle d’un autre match France-Brésil qui passait quand j’étais en vacances dans le nord de la France et que je portais mon ensemble vert avec les couleurs du Brésil.

2002: On jubilait de voir les français perdre contre les Sénégalais.

2012 : Je devenais une footix pendant mon stage à Madrid. J’allais à toutes les fans zones de l’Euro 2012. Je chantais la chanson « Sube la mano y grita gol ! » « Hala Madrid ». J’avais acheté une casquette à l’éfigie de l’équipe d’Espagne. Ah oui j’ai oublié de dire qu’évidemment j’étais à nouveau supportrice d’une autre équipe que la France. Puis il y a eu ces phrases de ma proprio et de mes coloc étonnés que je ne supporte pas la France.

Malgré ça, j’admirais cette unité du peuple espagnol envers leur équipe de football. Je me suis même retrouvée à Plaza de Cibeles devant la mairie de Madrid. J’étais la seule noire dans une foule immense. Je n’avais même pas attendu ma camarade pour avoir la meilleure place ( bon avec le recule, ça ne se faisait pas). Mais j’ai profité du moment. j’ai kiffé voir les joueurs espagnols sur les bus avec la coupe de l’Euro 2012. J’ai kiffé ma life avec des moments que je n’oserais même pas faire ici en France. Pour tout dire, je ne suis jamais partie à une fan zone en France. Loin de moi l’idée de fêter une victoire dans un lieu prisé. J’ai de suite une image d’insécurité, ce que je n’avais pas dans la foule espagnole. Et c’est après coup que je me suis dis que j’étais quand même la seule noire. Peut-être que les espagnols noires ont le même ressenti avec l’équipe espagnol que moi avec l’équipe de France. J’avais toujours ce mot de « vendu » quand je voyais les gens de mon entourage supporter l’équipe de France. Mais vendu de quoi ? On est français et même si les gens ne le reconnaissent pas tous comme t-elle, on reste des français.

2018 : C’est sûrement la première fois que j’étais à fond avec les bleus. Un match ponctué de « Mais Giroud » (plus de 27k tweet avec ces deux mots). Quelles occasions manquées par la faute de Giroud. Certains se demanderont même s’il ne détient pas une vidéo compromettante du selectionneur Didier Deschamps pour rester encore sur le terrain avec au moins 3 occasions manquées dont une passe décisive… Mais l’essentiel est là, 10 juillet l’équipe de France est en finale de la coupe du monde de football 2018.

La fin de soirée, j’avais décidé comme d’autres de m’abonné au snap de Presnel Kimpembe (Kimpembe3) pour suivre sa phase « Dj » mais la fête a été gaché par Antoine Griezman qui a oublié l’enceinte et les gens n’ont pas manqué de lui dire. 1h plus tard Presnel a recupéré une enceinte sous fond de musique de l’artiste Naza ils nous montre, de manières furtives, une partie de l’après match . [Playlist de Dj Kimpembe sur Spotify]

11 juillet : C’est officiel l’équipe de France affrontera les Croates qui se sont montrés tenaces contre l’Angleterre et tout le long de cette coupe du monde. Si on a le mental aussi fort que les croates et la technique, ça pourra passer. Dans tout les cas, ils ont fait un exploit, fier de nos bleus ! Fier que ce soit une équipe aussi jeune qui réalise leur rêve !

MERCI UMTITI ! Mais Giroud canalise toi, gère tes tirs ou demande à sortir c’est mieux ! « On evacue pas les problèmes sur le terrain. Il faut dormir et réfléchir beaucoup ! » Une pensee pour le coach Bilog. Ahah mythique !

Faut-il changer de nom de famille à son mariage ?

Est-ce que vous vous voyez changer de nom à votre mariage ? à demander C. et j’ai repensé à quelle importance avait mon nom pour moi. Pendant longtemps quand je suis devenue jeune adulte j’ai refusé qu’on m’appelle madame. Mon nom de famille est mon nom de jeune fille. Il fallait donc m’appeler « Mademoiselle + mon nom de jeune fille » ou « Madame. » tout court. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas la femme de

Est-ce que vous vous voyez changer de nom à votre mariage ? à demander C. et j’ai repensé à quelle importance avait mon nom pour moi. Pendant longtemps quand je suis devenue jeune adulte j’ai refusé qu’on m’appelle madame. Mon nom de famille est mon nom de jeune fille. Il fallait donc m’appeler « Mademoiselle + mon nom de jeune fille » ou « Madame. » tout court. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas la femme de mon père pour m’appeler madame + mon nom de jeune fille qui est aussi le nom de femme de ma mère.

Cependant avec l’âge j’assume d’être appeler comme ma mère. Maintenant je suis même « Madame + mon nom de jeune fille » qui en fait mon nom tout court. Personnellement j’adore mon nom je trouve qu’il a une universalité parfaite et je ne me vois pas prendre le nom de mon mari. Cependant prendre le nom de son mari c’est quand même montré une certaine unité. Tu es la « femme de. » Certains y verront signe de possesion avec le « de » moi j’y vois l’appartenance à un socle, une même famille.
 

Mais quand je vois l’affaire de Johnny Hallyday avec les avocats de David Hallyday qui remettent Laetitia Hallyday a personne en citant son nom de jeune fille que personne ne connaît, je trouve ça triste. Je trouve ça même  irrespectueux mais ça montre bien que le nom « Hallyday » mais le nom de son mari et sans son mari elle n’est plus rien comme personnalité publique. Elle n’est plus qu’elle mais sachant qu’on ne connaît pas son nom, elle n’est personne. Qui savait qui était Madame Boudou ?

« From Laeticia Hallyday To Madame Boudou real quick » A.

Laeticia Boudou est madame tout le monde. Laeticia Hallyday fait partie la même famille que Johnny. D’où le fait que les avocats de David cherche à la détacher du socle on l’appelant par son nom de famille. Je prend l’exemple de Laeticia car ce « Madame Boudou » fait partie de l’actualité  au moment où  j’écris et illustre bien mes propos.

Pour revenir à moi, malgré que porter le nom de son mari est un socle commun, j’aimerais aussi montrer que je suis aussi une femme à part entière, une unité qui ne se conjugue pas toujours à  deux. 

Donc je pense que je ferai plutôt le choix même si je trouve que ça rend le nom super long, de mettre mon nom de jeune fille rattaché à celui de mon mari. Parce que avant lui j’étais quelqu’un après lui je serais quelqu’un. Puis même si on veut enlever son nom et me faire comprendre que je ne suis pas sa famille ou quoi que ce soit il y aura toujours mon nom, j’aurais toujours UN nomUn nom qui sera connu aux yeux de tous et qui montrera que je suis également une femme indépendante qui s’est mariée et qui a une famille, oui, mais qui est une personne unique avant tout !

Nos désirs de liberté avec le film Razzia

Razzia est un film de Nabil Ayouch. Un film bouleversant qui montre comment les lois de la société peuvent bouleverser la vie de tout un chacun. Ce film qui regroupe l’existence 5 personnes vivants dans la ville de Casablanca.

Razzia est un film de Nabil Ayouch. Un film bouleversant qui montre comment les lois de la société peuvent bouleverser la vie de tout un chacun. Ce film qui regroupe l’existence 5 personnes vivants dans la ville de Casablanca.

  • le professeur Berbère qui vit en haut des montagnes qui voit sa liberté professorale

    changer par une politique islamiste qui vise à ne plus enseigner le berbère, qu’on considère comme un dialecte et non comme une langue, au profit de l’arabe et de la prière obligatoire.

  • Salma qui rêve de sortir librement et surtout de travailler comme son mari absent.
  • Joseph, un restaurateur juif marocain, qui voit le poids de sa religion sur ses relations.
  • Ines, une adolescente vivant dans les quartiers riches, livré à elle-même avec ses besoins d’amour pour compenser le manque d’attention de sa mère absente.
  • Hakim est un homme homosexuel qui rêve de vivre à Paris et être libre de sa sexualité sans préjugée.

Puis il y a Yto à la recherche de son amour perdu.  C’est le destin croisée de 5 personnes vivant dans une même ville de manières différentes, des problèmes différents mais avec ce même besoin de liberté.Si au début, je pensais m’ennuyer. Au fur et à mesure que les destins se croisent, on ressent la puissance de chaque personnage. 

 

Dans le film, on voit à des images fortes de manifestation, comme des échos au printemps arabes et une autre vision du désir de liberté. Le film se déroule à Casablanca, avec des  chemin de vie qui s’axent entre les années 80 et 2000.
Je l’aurai su après avoir vu le film mais la langue a aussi un poids dans la film. A la même image que le film « Babel », chaque personnage à son propre langage. L’argot pour Hakim, Le français pour l’ado, le berbère pour le professeur,  multi langage pour le restaurateur (arabe, français, anglais).

Pendant le film, j’ai pensé au film Casablanca à cause de la ville. Et le réalisateur Nabil Ayouch (réalisateu du film Much Loved) n’a pas oublié de mentionner ce film classique qui devrait se passer dans la ville de Casa. 

Lady Bird et ses envies de liberté

Christine est une lycéenne qui déteste qu’on l’appelle par son nom de naissance. Elle veut qu’on l’appelle Lady Bird. Les relations avec sa mère sont très conflictuelles. Elles n’arrivent pas à communiquer ou ça tourne très vite au vinaigre.
Lady Bird ne rêve que d’une chose : s’éloigner de sa famille, de sa ville de naissance en étant accepter dans une Université en dehors de celle du secteur.

Christine est une lycéenne qui déteste qu’on l’appelle par son nom de naissance. Elle veut qu’on l’appelle Lady Bird. Les relations avec sa mère sont très conflictuelles. Elles n’arrivent pas à communiquer ou ça tourne très vite au vinaigre.
Lady Bird ne rêve que d’une chose : s’éloigner de sa famille, de sa ville de naissance en étant accepter dans une Université en dehors de celle du secteur. Idéalement l’université de Berkley

Scénario :

Je suis partie voir ce film en me disant qu’il parlerait principalement de la relation entre une mère et sa fille. Alors que non cette relation est surtout suggéré par de nombreux non-dit.
Le thème principale du film est la vie d’une ado lors de sa dernière année de lycée avec son pack complets : le problème des relations entres filles au lycée (entre la plus populaire et la moins populaire), les amours, la première fois et le bal de promo… Un ennuie ferme pendant la séance car le scénario était prévisible. L’histoire aurait suffit pour un simple téléfilm.

Moral :

Cependant, il faut retenir le début et la fin du film. Il faut retenir tous ses moments de non-dit entre la mère et la fille et je crois que c’est ce qui fait la plus value du film.

Parfois, il est plus facile de communiquer en prenant des distances. L’histoire de nos vie va créer notre personnalité. Comment était nos mères à notre âge ? Comment se comportait-elle avec ses propres parents ? Comment ses parents étaient avec elle ? Est ce qu’il y avait de la communication entre elle et sa mère ? La jeune fille qu’elle était hier ne fait-il pas ce qu’elle est aujourd’hui ?

Il faut connaitre le passé de l’autre pour mieux comprendre ses réactions.

Jeremstar est de retour

« Jeremstar est de retour sur snapchat », je pars regarder la story par curiosité. Il reprend ses blagues habituelles sauf que le ressenti est différent ça sent forcer. Il faut dire qu’il s’est absenté pendant 2 mois et qu’il essaye de faire croire que tout va bien. Alors que les médias « l’ont trainé dans la boue » comme il a dit dans l’interview que j’ai regardé le lendemain.

Je n’ai jamais vraiment apprécié JeremStar sur Snapchat, je le trouvais drôle mais à la fois problématique. Appeler une personne asiatique que tu rentres pour la première fois en réunion pro par un nom du genre « ching chang » pour amuser ta communauté je trouve ça limite comme le fait de brûler les cheveux crépus de ton cameraman à plusieurs reprise avec un briquet toujours pour amuser la galerie. Heureusement celui ci aura stoppé la collaboration quelque temps après ça.

 

Bref  je viens de regarder l’interview de Jeremstar dans l’émission « Le Quotidien ». Le premier truc qui me brusque c’est que Jeremy appuie sur le fait qu’on ne devrait pas parler de son affaire mais plutôt de l’affaire comme étant celle de « son ami » sans parler d’amitié bien sûr. Je n’aimerais pas être l’ami de Jeremy. Et plusieurs témoignage d’ancien ami l’ont dit avant que dès qu’il y a un problème il se désolidarise de toi. Puis quand le journaliste, lui parle de l’amitié qu’il avait avec cette personne.  Il parle de son ami au passé en disant qu’il l’a trainé dans la boue. Je ne pense pas que son ami est voulu que cette affaire remonte. Cardonna n’a pas mentionné Jeremy en parlant mal. Jeremy en tant qu’ami devait dire que les accusations sont fausses mais en parlant d’affaire Cardonna il met le doute sur ce qu’il appelle une fausse affaire. Et surtout, on comprend qu’il veut absolument enlever son nom de l’affaire quitte à entrainer son ex-ami Cardonna dans la boue ».
« J’ai porté plainte contre les médias«  : Le mec se plaint que son nom a été associé à des choses fausses dans les médias que c’est inadmissible, qu’il l’a mal vécue. Mais lui même quand il sortait ses scoops, est ce que les personnes concernées ont souhaité voir leur vie privée exposé.
« Moi je n’ai pas détruit des vies » : Dire haut et fort que X a trompé Z n’est ce pas détruire des couples de manières publiques ?
« Twitter est devenu un déversoir de haine« . Depuis plusieurs années, Twitter est plein de haine « c’était déjà comme ça avant votre affaire » précisa le Yann Barthes. Le problème est que cette haine ne dérangeait pas Jeremy quand il n’en était pas la cible. Quand c’est lui qui contrôlait la vie des gens.
« Je ne veux plus travailler avec les personnes de TV réalité. C’est les candidats qui me sollicitaient pour faire des articles » et comme ça ne lui apportait pas d’argent et qu’il voulait prendre le temps d’écrire un scoop pour le plaisir. Il les a sorti.
« Les médias ont fait du putaclic sur mon nom« : On parle du fait qu’il a un site de Gossip en plus de son site ? Comment il fait pour avoir de l’audimat ? Les titres ne sont il pas recherché pour qu’on clique ?
Il y a une question qui reste cependant sans réponse : « Vous venez de critiquer les réseaux sociaux mais pourtant c’est sur c’est même réseaux sociaux que vous retourner. » précisa Yann Barthès. Bref toutes ses histoires vraies ou fausses, on retiendra le karma « on a beaucoup parlé de l’arroseur arrosé ». Et je clôturais sur ces mots.

Faut-il réformer la classe de Terminale ?

Dans le but de réformer le diplôme du Baccalauréat, le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, veut changer le nom « Terminal » pour « La classe de maturité ». Certains trouvent ce nom « stupide » mais personnellement je ne le trouve pas si bête que ça. Chez les Italiens, par exemple, le nom «Terminale» pour la dernière classe du lycée n’existe pas. On parle de « clase della maturita » traduit littéralement par «Classe de maturité».

Pourquoi changer le nom de la classe de Terminale ?

la boum 2 discussion au café bar
La Boum 2

Je trouve donc le terme est adapté, surtout lorsque l’on sait que c’est la classe nous propulsent aux études supérieurs et notamment à la première année de faculté. Notre âge oscille entre 17 et 19 ans, un âge qui détermine notre majorité aux yeux de la société. Mais une période où on n’est pas mature pour autant. Je ne dis pas que le changement de noms de la classe va nous rendre mature. Mais je trouve que l’organisation des cours et notamment le fait d’avoir un grand oral, travailler sur un projet dans les épreuves du baccalauréat donnent une vraie pression dans l’obtention du diplôme et prépare à notre future vie d’adulte dans la société. Savoir communiquer est très important dans la vie notamment pour passer des entretiens et trouver un emploi, des étapes dans lesquelles beaucoup vont passer puisqu’en entrant en études supérieur, on est en âge de travaille 18 ans. Et on commence à avoir des besoins, voire une vie étudiante avec besoin des d’argent. Puis comparons avec d’autres pays européens, j’avais vu un reportage où il y avait des cours de communications dès le collège ou le lycée pour tous et non en option car ce n’est pas optionnelle de savoir communiquer dans la vie.

Quel lien entre la réforme du Baccalauréat et la vie en société ?

Pour revenir à la notion de maturité, je trouve que la Terminale n’est plus un terme adapté sachant qu’on ne fait plus grand chose en ayant seulement le diplôme du Baccalauréat.

A l’époque les gens travaillaient très tôt maintenant on passe de plus en plus de temps dans les études. En faisant des études supérieurs et notamment un DUT ou BTS on a tous pensé j’arrête à bac+2 ou bac+3 pour au final continuer car on se rend compte que dans la société ça ne suffit plus. Je me demande ce que sont devenus les filles qui ont décidés d’arrêter les études après le bac. Le fait de changer ce nom montre que le Baccalauréat n’est plus une fin en soit mais une année de préparation aux études supérieurs et également à affronter la vie d’adulte qui arrive juste après le diplôme.

Les conséquences de la réforme du baccalauréat

Bien sûr la réforme du changement de nom de la classe de Terminale est à double tranchant. Il y en aura toujours qui auront plus de faciliter que d’autres, trouver le projet, avoir l’aisance à l’oral, ne pas se tromper dans les options mais surtout perdre ce qu’on appelle la culture générale ». Je suis bien contente à la place des lycéens de ne pas avoir à avoir des cours de chimies, de physique math ou autre. Si de nos jours, c’est connaissance ne me sert absolument pas alors que l’histoire de 1945 à nos jours qu’on a appris en Terminal L aurait servi à n’importe quelle filière. Il est important, je pense, d’avoir des connaissances globales de savoir qu’il y a eu des théorèmes de Pythagore, qu’il y a des atomes et X chose. Dans un premier temps dans un devoir de mémoires pour ceux qui ont changé la vie scientifique ou mémoire et dans un second temps car c’est une transmission de culture entre « petits et grands ».

Pour finir, je dirais que cette réforme a la volonté de bousculée les choses et je l’espère redonner un titre de noblesse à la classe du Baccalauréat tout en nous préparant aux études supérieur car aujourd’hui il n’y a aucune palier. J’avoue douter de l’organisation de cette réforme. Il y aura forcément des cours plus prisées que d’autres, y aura t-il assez de professeur pour faire plusieurs classes ? Comment vont se retrouver les lycéens étrangers sachant qu’en Afrique francophone, il y a des équivalents au BAC L et S qui n’existeront plus ?

Ma terminale série M6
Série M6 – Ma Terminale – filmé comme un documentaire

Réclame justice avec In the Fade et 3 Billboards : les panneaux de la vengeance

C’est deux dernières semaines, j’ai vu les films In the Fade et Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance au cinéma. L’un est un thriller et l’autre un film dramatique. En voulant faire un article pour chaque film, je me rends compte que les deux films abordent la même morale : celui du poids de la vengeance.

Après des mois sans être partie au cinéma, c’est deux dernières semaines, j’ai vu les films In the Fade et Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance au cinéma. L’un est un thriller et l’autre un film dramatique. En voulant faire un article pour chaque film, je me rends compte que les deux films abordent la même morale : celui du poids de la vengeance. Le thème des deux films étant différent, je vais commencer par en parler séparément.

in-the-fade-film-cinemethographie In the fade film polizei

Critique du film In the fade

In the fade est un film du réalisateur Fatih Akin (qui a aimé mon post Instagram^^) sortie le 17 janvier en France.  Le film In the Fade aborde le thème du terrorisme néo-nazie en Allemagne. J’ai donc appris l’existence de ce type de terrorisme dans le film. On assiste à 3 phases dans le film :

  • la vie avant le drame
  • le drame
  • le poids de la justice puis la vie après la sentence.

Autant dire qu’il y a beaucoup de larmes dans le film que j’ai trouvé qui s’apparente plus à un film dramatique qu’un thriller comme indiqué. Je m’attendais à plus de recherche,plus de profondeur. Mais au final, je trouve que l’objectif du film est de montrer comment le terrorisme détruit des vies et comment ce type d’affaire est traité. Donc le pari est réussi. Suivre le procès dans le film m’a permis de comprendre les enjeux de la justice, là où le poids du doute peut tout faire basculer. Je lis autrement les faits divers du moment (Alexia/Jonathan Daval, Affaire Maelys, Affaire Théo…) et je comprends mieux comment Annalise Keating (personnage fictif de la série HTGAWM) arrive à retourner des procès.

3-billboards-film-movie

Critique du film 3 Billboards : Les panneaux de la vengeance

3 Billboards : Les Panneaux de la vengeance est un thriller de Martin McDonagh  sortie le 17 janvier en France. C’est un film que je voulais voir depuis un moment et je dois dire que j’ai été complétement imprégnée par l’histoire. Il s’agit d’une femme qui louent des panneaux publicitaires pour que la police de sa ville se bouge pour rechercher sa fille disparue depuis 7 mois. On voit comment ces 3 panneaux changent les gens. Certains diront qu’ils hâtissent la haine et d’autres penseront qu’ils font bouger les choses. Bref la ville se bouge en mal et bien. Certains personnages changent. Autrement dit c’est un film avec du mouvement où on comprend qu’il ne faut pas s’arrêter à ce que renvoient les gens. J’ai été juste déçue que la fin soit ouverte et laisse court à l’imagination. Mais au-delà de ça, j’ai vraiment accrochée.

« You know, if you hadn’t stopped coming to church, you’d have a little more understanding of people’s feelings. »

Pour conclure

Ces deux films se posent les questions suivantes : Est-il nécessaire de se venger pour se sentir mieux ? Est ce que la vengeance va me rendre ce dont j’ai perdu ? 

Avant le « Paris sous la neige » j’avais pris un bon rythme pour aller au cinéma surtout que que plusieurs films m’intéressent en ce moment. D’ailleurs je trouve que les séances de 18h et quelques sont parfaites quand on fini assez tôt pour y aller car ensuite on a le temps de faire sa vie en rentrant. Mes prochains films : La Douleur, Wonder Whell (juste pour voir le jeu d’acteur de Justin Timberlake) et Black Panther (of course!). Pentagon Paper déjà vu mais je ne suis pas sûr d’en faire une revue.

Et vous, quels films avez vous envie de voir ?

Actualité de la semaine : Distributeur automatique pour Sans-Abris

Après une semaine d’évenement négatif, laissez moi vous parler d’un sujet positif. Il s’agit du distributeur automatique pour SDF développer par l’association Action Hunger, une initiative superbe qui mérite d’être connu et d’être développer dans le monde entier.

Je voulais faire un article récapitulatif des événements de la semaine avec  H&M (shame) et l’enfant noir avec le pull avec « The coolest monkey in the jungle« , les soldes et Zara qui aurait gonflé ses prix pour faire croire à une baisse de prix, la liberté sexuelle soit disant menacée est exprimé dans la Tribune du monde avec Laeticia Casta, Cathérine Deneuve et etc., Andy le garçon mort poignardé à la station de métro parisienne Chatelêt les halles un vendredi à 18h30, la mort de France Gall ou encore du photographe streetstyle Nabille Quenum.

Puis je me suis rendue compte que tous ses titres sont très négatif ! Et je n’ai pas envie d’analyser ces événements ou de donner mon point de vue. Je vais donc vous parler d’un sujet positif. Il s’agit du distributeur automatique pour SDF développer par l’association Action Hunger, une initiative superbe qui mérite d’être connu et d’être développer dans le monde entier.

 

 

Action Hunger

Le premier distributeur automatique pour sans-abris vient d’être installée à Nottingham en Anglettre. Il contient les besoins quotidiens élémentaires : panier de nourriture, boissons, serviette hygienique, couvre chef, chaussettes, gants, couverture.
3 articles par jour sont autorisés grâce à une carte distribuée et réservé uniquement au sans-abri ! Il est fort possible qu’il y aura des abus comme dans toutes choses mais je salue l’initiative ! J’espère qu’il ne compte pas les serviettes hygieniques dans les 3 articles parce qu’une femme qui a ses règles a besoin au minimum de 3 serviettes par jour. A noter que dès le mois prochains 2 distributeurs seront installée à Los Angeles et à New-York !

Résumé en vidéo (1min32)

https://platform.twitter.com/widgets.js