Fete de la musique 2015

©Me 

La fête de la musique 2015 m’a réconcilié avec le Bisso Na Bisso et plus particulièrement avec Passi. Mon premier concert c’était celui des Bisso na bisso lors de mes vacances au Congo. Le neveu de mon père m’avait proposé d’aller avec lui et sa copine dans des places cher et ma cousine m’avait aussi proposé d’y aller. C’était le dilemme mais ma cousine étant seule, je décidais d’y aller avec elle. Le concert avait lieu dans un stade. Je compris tout de suite la différence de prix. Il y avait 2 cotés pour les places, le coté du stade couvert et le coté du stade sous le soleil d’aplomb. La fosse était interdite. Je me retrouvais donc avec ma cousine sous le soleil d’aplomb et j’ai compris par la même occasion la différence de prix des billets.

Pendant l’attente, toute l’après-midi ! On a bien rigolé. Je me rappelle des gens qui cherchaient une place et dont tout le monde se moquait. Je me rappelle en particulier d’un gars en couple habillé avec un long imperméable. Un gars a crié « Inspecteur Derick » et toute la foule a rigolé. Un moment aussi un mec devant nous s’est retourné vers nous et à demander si mon nom était X. Il avait raison mais je répondis instantanément « Non. » J’avais 11 ans et demi, le mec ne faisait pas partie de ma famille et je ne l’avais jamais vu auparavant et surtout j’étais dans mon pays d’origine mais un pays « inconnu » pour moi. L’instinct protecteur a bien réagi sur le coup. Même si je découvrais quelques jours plus tard que c’était l’enfant du voisin quand je le vis dans notre parcelle.

Bref pour revenir au concert. Le stade était rempli mais le « bisso na bisso » était très en retard. Ils sont arrivées (et je crois pas au complet) au coucher du soleil. L’estrade n’était pas au milieu du stade mais à un bout du stade où peut-être 10 % max du public total a pu voir quelques choses. Sachant qu’il n’y avait pas d’écran et que le son inaudible n’a même pas rattrapé le fait de ne rien voir. Pour moi Passi avait anarqué les enfants du pays.

Cette année, j’étais au ministère de l’outremer pour la fête de la musique avec au programme : Les Neg Marrons (qui ont participé au Bisso na bisso à l’époque),Gage et Fanny J. Pendant la prestation des Neg Marrons, Passi est venu sur scène pour leur faire une surprise et nous surprendre par la même occassion. Ils ont repris ensemble des titres du Bisso Na Bisso. Je me suis enjaillée et j’ai conclu que 14 ans et demi après mon premier concert au Congo, il s’était fait pardonné.

Youth

La première chose à laquelle on pense dès les premières séquences du film Youth de Paolo Sorrentino c’est à la beauté des images et la musique. C’est « la grande bellezza » les reflets dans l’eau, le jeu de musique avec un simple papier de bonbons..

Bien que sélectionné à Cannes, Youth n’a pas remporté de prix car, selon moi,  malgré sa beauté graphique, de la manière dont les images sont filmés, il n’y a rien à dire de l’histoire. Je ne serais dire exactement le sujet du film comme dans Dheepan. Certains résument le film sur le thème « du temps qui passe ».

« Tu dis que nos émotions sont surestimées, mais les émotions c’est tous ce que l’on a ! »

Pendant les 10 premières minutes je me suis dit mais que fais-je là à regarder ce film, à regarder ses vieux, se reposant dans le paysage montagneux de la Suisse et comme je le pensais les films musicaux ne sont pas mon genre.

Mais on est finalement rattraper par le jeu des acteurs et les citations qu’on peut tirer du film. Le jeu d’acteur pour moi se résume en 2 séquences qui sont également 2 monologues : celui de Rachel Weisz (Leda) sur sa vision du père absent et celui de Michael Caine (Fred Ballinger) sur sa vision de mari et d’enfants qui au fond ne comprenne pas tout sur ce que forme le couple de leur parents. J’aime penser qu’un bon film ou un bon livre se résume au scène qui peuvent nous marquer et/ou au citation qu’on a envie de garder.Et enfin la musique, cette « chanson simple (simple song) » ! Le film finit est je n’ai qu’une envie : APPLAUDIR.

Est-il nécessaire pour un artiste de faire un testament artistique avant sa probable mort  ? « Les hommes, les artistes, les animaux, les plantes, nous sommes tous des figurants ! »


Younger

Dans la série Younger, Lisa a 40 ans et se retrouve divorcée. Après une pause professionnelle de 15 ans, elle n’arrive pas à trouver du travail dans le marché actuelle de l’édition. Au niveau marketing les codes ont changé depuis 15 ans avec l’apparition des réseaux sociaux et des nouvelles méthodes de marketing. Lisa fait plus jeune que son âge, son amie l’a convint de mentir sur son âge lors des entretiens « les gens ne croit que ce qu’on dit » et de se faire passer pour une fille de 26 ans.

Dans la série Younger, Lisa a 40 ans et se retrouve divorcée. Après une pause professionnelle de 15 ans, elle n’arrive pas à trouver du travail dans le marché actuelle de l’édition. Au niveau marketing les codes ont changé depuis 15 ans avec l’apparition des réseaux sociaux et des nouvelles méthodes de marketing. Lisa fait plus jeune que son âge, son amie l’a convint de mentir sur son âge lors des entretiens « les gens ne croit que ce qu’on dit » et de se faire passer pour une fille de 26 ans.

On parle de :

– Réseaux sociaux
– La vie d’une fille à la vingtaine
– Le monde du travail
– Livre : Lisa travaille dans une maison d’édition
– CUP : nouvelle méthode de protection lors des règles
– Relation de couples : infidélité, vie amoureuse
– De job d’appoint quand on est en manque d’argent

On fait référence à :

  • Personnalités :
    • Lena Gunham : La réalisatrice, actrice et scénariste de la série Girls
    • Ellen Degeneres : Présentatrice télé
  • Livres :
    • Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie
    • Anna Karenine de Léon Tolstoi
J’adore le format d’épisode de 20 minutes à l’image de Community ou plutôt dans le même genre The Carries Diaries. La saison 1 comprends 12 épisodes en 2 jours c’était pliés. C’est prenant, c’est un bon moment de détentes, c’est bien sûr girly. La série a été crée par Darrren Star, le créateur de Sex and The City !

 

NB : Younger est une adaptation du Bestseller, du même nom, de Pamela Redmon Satran

Mes séries du moment

L’article des séries préférés de May-si, m’a donné envie de faire également un article sur mes séries du moment.

L’article des séries préférés de May-si, m’a donné envie de faire également un article sur mes séries du moment.

Voici 5 séries à découvir

  • Scandal : La relation inappropriée d’une chargée de communication avec le président des Etats-Unis mixé à des cas juridiques à résoudre. En résumé, on retrouve la vie d’un président d’une république avec ses déboires, ses échecs, les choses qui peuvent dépasser son pouvoir et qui explique qu’il ne peut pas toujours comme il veut. On regardant Scandal on comprend la relation de Hollande et Gayet, les enjeux d’une élection et ce qu’un candidat est prêt à faire pour gagner. Olivia Pope a une bande de gladiateurs prêt à tout pour elle. Chaque gladiateur a une histoire et chaque personnage secondaire de la série a sa propre histoire et c’est très bien engencé. Même si le début peut rebuter : il parle très vite, on ne situe pas tout, je dirais qu’on est dedans au 3e épisode.
  • How to get away with a murder : Dans Scandal, on voit une bande de gladiateur défendre des cas juridique de manière plus ou moins légal mais toujours de manière judicieuse. Dans HTGAWM, c’est une bande d’étudiant en droit qui apprend à devenir des gladiateurs/super avocat à travers leur prof et avocate renommée Annalise et ses cas concrets. La bande d’étudiant va être elle même confronté à ‘appliquer pour eux-même le cours « Comment s’en sortir avec un meurtre ». Pourquoi ? Comment ? A suivre.
  • The 100 : On habite sur l’Arche un vaiseau inter-galactique et comme à l’inverse du film Interstellar, c’est sûr l’Arche qu’on risque ne plus pouvoir vivre. Donc 100 prisonniers sont envoyé sur Terre pour voir si on est capable de survivre. Le décors, le scénario pourrait nous faire penser à Lost avec des ados. Mais c’est mieux ficeler que cela. On ne suit pas des gens courirs dans la forêt pour rien. Puis il ne court pas ils se battent et on s’est pourquoi. Dans Lost le trop de mystère a tué le mystère à tel point que parfois on pouvait avoir l’impression que les scénaristes étaient également perdus. Dans The 100 on sait on l’on va et pourquoi l’on fait les choses. Le suspense c’est la réussite des objectifs.
  • The Empire : Contrairement à la plupart des gens, je n’ai pas été subjugué par la série Empire dès le 1er épisode. Les séries musicales ce n’est pas mon truc. Selon moi c’est le site La Scandaleuse qui a parlé de cette série pour la première fois (sur Instagram, la CM disait aimer cette série et tout le monde a suivi). J’ai tout de même tenté de regarder le 2e épisode et j’ai fini par enchainé les 5 épisodes qui suivaient d’affilé. Finalement le coté dramatique qui s’ajoute au fil des épisodes et la relation entre les personnages a donné un meilleur intérêt que j’avais pu avoir à la série qui fait désormais partie de mes séries du moment.
  • Person of Interest : C’est mon rendez-vous du mardi soir sur la chaine de tv TF1. Je l’ai pris en cours (saison 2) mais le passage des épisodes de la saison 1 après les nouveaux épisodes m’a aidé à mieux comprendre la série. Une machine a été inventé pour lutter contre le terrorisme. Elle devine les actes terroristes ou juste des actes malveillants qui vont être commis avant que ce soit le cas. Une petite « bande » évite que ces actes aient lieu et ils protègent les gens. Sur le coup, ça me fait penser à la série « Demain à la Une » version NTIC.
Autres séries que je peux regarder: Girls, Game of Thrones, New Girl, Orange is the new black, Pretty Little Liars (mais je suis fatiguée de A, trop de mystère a tué le mystère et on veut juste que la série s’arrête…).