Mercredicinéma

Split, on est ce que l’on croit être

Kevin est un être faible qui subit le ridicule des autres dans son travail, le fait d’être rabaissé par sa famille et il en souffre .Il en souffre et les autres n’en prennent pas conscience. L’être humain avec un coeur pur est prêt à aider les autres qui souffre car lui même connait la souffrance et ne la souhaite à personne. Mais qui est là pour le protéger quand il souffre ?

Kevin s’est créer différentes personnalités ou plutôt il a plusieurs autres personnalités qui l’aide à surmonter la souffrance. Il a exactement 23 personnalités dont une nouvelle qui s’apprête à sortir pour protéger les 23. Dr Fletcher fait des recherches sur les personnes comme lui qui ont plusieurs personnalités qui peuvent « prendre la lumière » et se montrer à vous selon les circonstance, selon ce qu’il veut être. Le problème c’est qui dit personnalité, dit des qualités et défauts différents. Dennis est une des personnalités problématiques car il veut tellement protéger Kévin de sa faiblesse qu’il a une assurance à en devenir méchant avec les autres. Il devient celui qui fait souffrir les autres pour ne pas être celui qui souffre.

 

James McAvoy y attends "Split" New York Premiere at SVA Theater on January 18, 2017
Copyright : Matthew Eisman/Getty Images/AFP

Dans le film Split de Night ShyamalanJames McAvoy est tellement bon dans son rôle qu’on arrive à savoir à quelle personnage/personnalité on a affaire. Si vous ne l’avez pas compris, les 23 personnalités cohabitent dans un seul corps celui de Kévin. Kévin peut donc devenir un enfant de 9 ans « Hedwig », une femme « Patricia », il peut devenir un passionné d’art « Barry » et pleins d’autres encore. Chaque personnalité, à  sa propre personnalité (passion, toc, etc), son propre âge et son propre nom. Dans les 23 personnalités, on voit ici une manière de se protéger des traumatismes de son enfance.

Puis à travers le personnage de Casey, on y voit une manière plus réaliste de comment une personnalité peut se forger à travers également les traumatismes de l’enfance. La manière dont on vit notre enfance à des conséquences sur comment nous allons vivre notre futur et s’il y a bien une chose qui va être pareil c’est que chacun va se forger sa propre carapace pour éviter la souffrance. Au fond, on n’est que ce que l’on croit être. C’est pour cela qu’on dit souvent que si tu souris à la vie, la vie va te sourire.

Pour aller plus loin (une fois avoir vu le film Spoiler alert) :

 

Publicités

2 commentaires sur “Split, on est ce que l’on croit être

  1. J’étais dans la salle du Ipic Theater, allongée et j’ai sursauté tout le long. LE FILM EST OUFFISSIME !!!!!!!!!!!

    C’était trop bon !
    Le scénario, le jeu des acteurs principaux notamment ( le schizophrène, la psychiatre et la jeune fille tourmentée !)

    J'aime

    1. Ah ben oui c’est donc ce film que tu avais vu. Quand tu m’avais dit le titre ça ne me disait rien, je pensais qu’il sortirait dans 10 ans chez nous. Je ne suis donc pas la seule à avoir été tétanisé tout le long du film. Merci je me sens moins seule lol et oui c’était ouf !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s