Cinéma·Culture·Film dramatique

Youth

La première chose à laquelle on pense dès les premières séquences du film Youth de Paolo Sorrentino c’est à la beauté des images et la musique. C’est « la grande bellezza » les reflets dans l’eau, le jeu de musique avec un simple papier de bonbons..

Bien que sélectionné à Cannes, Youth n’a pas remporté de prix car, selon moi,  malgré sa beauté graphique, de la manière dont les images sont filmés, il n’y a rien à dire de l’histoire. Je ne serais dire exactement le sujet du film comme dans Dheepan. Certains résument le film sur le thème « du temps qui passe ».

« Tu dis que nos émotions sont surestimées, mais les émotions c’est tous ce que l’on a ! »

Pendant les 10 premières minutes je me suis dit mais que fais-je là à regarder ce film, à regarder ses vieux, se reposant dans le paysage montagneux de la Suisse et comme je le pensais les films musicaux ne sont pas mon genre.

Mais on est finalement rattraper par le jeu des acteurs et les citations qu’on peut tirer du film. Le jeu d’acteur pour moi se résume en 2 séquences qui sont également 2 monologues : celui de Rachel Weisz (Leda) sur sa vision du père absent et celui de Michael Caine (Fred Ballinger) sur sa vision de mari et d’enfants qui au fond ne comprenne pas tout sur ce que forme le couple de leur parents. J’aime penser qu’un bon film ou un bon livre se résume au scène qui peuvent nous marquer et/ou au citation qu’on a envie de garder.Et enfin la musique, cette « chanson simple (simple song) » ! Le film finit est je n’ai qu’une envie : APPLAUDIR.

Est-il nécessaire pour un artiste de faire un testament artistique avant sa probable mort  ? « Les hommes, les artistes, les animaux, les plantes, nous sommes tous des figurants ! »


Publicités

Un commentaire sur “Youth

  1. J'y suis allée avec une amie et la salle était pleine : pleine de jeunes mais également de personnes dans la soixantaine.

    Le film nous plonge dans une atmosphère particulière, un endroit dans lequel tous malgré leurs trajectoires, aspirations, occupations, niveaux de vie bien que différents se retrouvent.

    Et j'aime le fait de savoir qu'entre des non-dit, des ruptures, des visions de la vie et de la vivre particulières tous partagent et apprennent les uns des autres.
    Le scénario ainsi que les dialogues sont à la fois subtiles et profonds, sensés, plein de sens.

    Cette manière de faire le bilan de son existence, de résumer des décennies de vie sur Terre, cette sentimentalité, ces émotions débordantes.

    Je partage le sentiment du personnage incarné par Harvey Keitel « Tout ce qu'on a, ce sont nos émotions. » !

    Film splendiide !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s